Anxieux

22 01 2017

Avant, quand je ne dormais pas, c’était pour me faire des idées. Je me faisais des idées à ton sujet, parce que dans le silence on pense. Quand je ne dors pas, c’est que je réfléchis à des choses inutiles, des choses futiles qui n’ont aucun sens. Quand la fatigue m’atteint, mais pas le sommeil, mon cerveau surveille les moindres faits et gestes des gens qui m’entourent où j’analyse l’incongruité du moment. Je me dis que SI tel truc s’est dit, ALORS il arrivera cela. J’établis des corrélations sans fond, sans fondement véritable qui termine en queue de poisson. Ce qui est drôle, c’est que je ne me suis que très peu souvent trompé dans mes analyses très peu scientifiques. Le « y va arriver quelque chose » se produit bien souvent et bien souvent comme je le pensais. Des fois, ça m’empêchait de dormir, rarement, mais quand même. Cette idée que je me faisais avait l’allure d’une boule de neige qui descend la montagne, grossissant au fur et à la mesure de sa descente. Le poids de cette neige s’appuyait sur ma poitrine, m’empêchant de vivre, de respirer, de dormir, de tout quoi! Jusqu’à ce que cette boule de neige percute un arbre et que son intérieur soit révélé. De la neige, oui oui, ça n’a été toujours que de la neige. C’était la même idée qu’au début, mais avec de l’enrobage, de l’acharnement, un peu trop du mien.

Ça, c’était avant, aujourd’hui, j’ai perdu cette sensibilité accrue, qui se transformait en anxiété, en histoire sans fin, en horribles cauchemars éveillés. Aujourd’hui je dors, paisiblement, sans que personne ne trouble ce sommeil. Des fois, ça me manque, ce sentiment qui a toujours été en moi. C’était vraiment négatif, mais aujourd’hui ça n’existe plus. J’en remercie EMDR de m’avoir aidé à tuer ces démons.

Défi du jour : Les démons de mes nuits blanches

Publicités




Une chance

22 01 2017

Tu sais ce que t’as, mais sais-tu ce que tu pourrais avoir? Si tu te donnais la peine, si tu prenais la chance d’aller voir. C’est peut-être différent de ce que l’on pourrait imaginer, là tu sais ce que t’as, tu ne sais pas ce que tu pourrais avoir, ça reste tout flou. C’est comme un brouillard épais. Comme la petite dame qui ne sait pas si elle doit prendre le dix-sept mille dollars de son enveloppe choisie, son choix à elle qui n’avait que rien a se mettre sous la dent, et quand je dis sous la dent, je n’exagère que très peu, car je suis à une ou deux de ce qui compose sa dentition. L’histoire n’est pas là, elle, elle n’a rien avant d’y aller, elle arrive là, les poches presque aussi vides que ça bouche. Peu importe, le montant, elle peut flancher, rien ou quelque chose. Quelque part, elle repart plus riche, plus d’argent pour elle, pour passer un mois ou deux de plus, dépendant comment elle s’investit à le dépenser, simplement un choix différent d’investissement. Je sais, c’est une question de feeling, faut le sentir pour y aller, si tu le sens pas, tu n’y vas pas. Je suis comme ça aussi, j’ai de la misère à avancer quand je ne le sens pas. De toutes mes histoires, c’est arrivé qu’une fois que je suis retourné voir en arrière, que j’ai « essayé », parce que pour moi c’était pas juste un essai, j’avais envie de ça, même si ma tête me disait de faire le contraire, j’ai juste écouté mon coeur. Et bien, j’ai compris que les deux discutent ensemble, c’est comme un complot entre les deux, que je choisisse la tête ou le coeur, je me fais avoir, y sont jamais de concert, jamais de duo, à part quand c’est un non total, mais même là, le non total c’est le coeur qui a parti le bal pendant que la tête avait déjà décroché. Des fois, je prends des chances de me faire confiance, la tête ou le coeur, c’est peut-être juste une impression qui fait que je sais ce que j’ai, mais j’oublie ce que je pourrais avoir.

Défi du jour: L’oeuf ou l’enveloppe





Friable

15 11 2016

Fragile, je suis usé par le temps, tout me fait craquer, mais pas de la bonne façon. Je ne craque plus pour le sourire, le regard, l’odeur. Je craque et me démantibule, laissant à plat les mandibules, plus de mots, plus d’idées, plus d’envie. L’impression de me décomposer, comme étaler dans ce bac à me composter. Je ne peux oublier. Les gens cherchent, moi je n’oublie pas. Les gens se trompent, moi je me trouble à rester là. J’ai envie de me sauver avant d’être réduit en poussière, l’impression que mes pas se désagrègent plus j’avais dans ce vide immense. Les matins sont lourds, les soirs si lointains. Je regarde mon lit, il est trop tôt. Je n’ai plus envie d’écrire. Je le fais que pour ne pas perdre la main, en me disant que demain tout ira bien, tout ira bien mieux, tout sera comme c’était avant. Mes mêmes mes vieux souvenirs se sont dissociés de moi, je ne suis plus ce que j’étais. J’ai un seul souvenir, celui d’être seul, comme si c’était hier, comme si c’était maintenant. J’ai perdu l’empathie envers mes amis, momentanément, surement. J’ai qu’envie de la serrer dans mes bras, juste une dernière fois, la serrer si fort et me volatiliser en poussière. Je me berce de musique triste, en espérant que seuls mes tympans survivront le choc friable de ma vie. Je ne revis que des fragments, que des segments, sans avoir envie d’autre chose, d’autre part, d’autres figures pour me dire… tout ira bien, car c’est faux. Si tout allait bien, je le saurais, je le sentirais, je le verrais au fond de mon miroir éclaté reflétant de mon image dissocié. Je me perds dans les fines fissures, les mille morceaux ne formant qu’un moi incomplet, un moi fissuré par le temps et la sécheresse de mon coeur monautomne. Le froid qui vient, l’opportunité de quitter le pays, un an ou deux, me sauver de moi et de ce foutu miroir qui me rappelle sans cesse que je suis encore là, que je n’ai pas bougé, que je n’ai jamais cesser de penser à toi. Je regarde les autres et me demande pourquoi j’en suis là. Je regarde moi dans cette glace en fracas et je ne sais pas plus pourquoi. Me suis-je abandonné quelque part sur le coin d’une rue? Me suis-je perdu dans ce que je croyais être la vie, la mienne. J’appuie sur chaque touche qui recueille entre elles des parcelles de mes doigts qui s’effritent pour moi, pour me dire encore, que mon coeur batte, que je sente, que j’aurai peut-être un long comment à traverser dans ce désert, sans boussole et sans eau.

Réf.:

friable [fʀijabl] adjectif (du latin, de friare « briser »)
Qui peut facilement se réduire en menus fragments, en poudre. Galette à pâte friable.





Prisonnier

11 10 2016

On m’a enfermé. Je suis en cage, littéralement. Je n’ai rien fait, je le jure! Je faisais seulement mon boulot et tout le monde le dit, « Don’t shoot the messenger! », ne tirer pas le messager, c’est mon boulot, rien de plus. Maintenant, je les entends, de l’autre côté de la porte, parler entre eux, rire, se foutre un peu de ma gueule. Je les entends, mais je ne les comprends pas, il parle trop vite et dans une langue qui n’est pas la mienne. Je crie pour qu’on me libère. Au moins, on ne m’a pas torturé. J’ai vu beaucoup d’hommes qui ont souffert par ici. Certains actes même, je suis sûr qu’on tente de me les attribuer. Ce n’est pas ma faute, je me suis perdu, j’allais livrer le message, mais cette ville est si grande, si sale, tout se ressemble, tout sent la même chose, les ordures au soleil, la merde, j’avais raison de me dire que ça ne sentait pas bon. J’ai si faim, je ne sais pas si c’est le jour, la nuit, je perds la notion du temps dans cet enclos obscur où on me tient en détention. Je n’ai même pas eu de procès, on me garde, un point c’est tout, contre mon gré, on fait bien de moi ce que l’on veut depuis ma capture. Moi et cette idée de toujours prendre des raccourcis, pour aller plus vite, pour revenir plus vite, auprès de ma femme que j’aime tant. Je suis parti rapidement, me disant que je verrais surement nos enfants naitre, je ne sais même plus si je verrai le bout du jour, si je sortirai d’ici vivant. J’imagine que c’est ici que mon cousin s’est fait prendre, je n’ai jamais pu discuter avec lui, il m’aurait surement prévenu du danger de cette région. Il faut dire que mes patrons ne sont pas très gentils non plus. Je pars des heures pour livrer des messages, je reviens exténuer et que pour une bouchée de pain. Les dangers sont grands dans la région, soit qu’on se fait capturer, soit qu’on risque de perdre notre travail, peu de gens font encore affaire à mon service de messagerie, plus le temps passe plus les gens se privent de moi. On risque aussi la mort à tout moment, les voitures, les gens, les enfants. La vie de pigeon voyageur n’est vraiment plus ce qu’elle était.

 

 

 

 

Inspirée de : http://www.lapresse.ca/actualites/insolite/201610/03/01-5026809-inde-un-pigeon-en-detention-pour-une-lettre-de-menaces.php





Un livre

10 04 2016

Je me suis demandé un instant ce que tu sentais, j’ai manqué d’aller acheter ton parfum, celui que tu mettais quand je t’ai connu, celui qui t’appartient dans ma mémoire, ça sent toi. J’ai pensé en mettre sur ton côté de lit, celui qui t’appartenait du moins, celui où on ce n’est vraiment jamais chicané, c’était chacun son côté, jamais le même dépendant du lit, ça se choisissait par la force des choses, dans le mien c’était le coté est. En faisant ça, je sais que je dormirais mieux, mon sommeil serait probablement plus paisible, mes réveils probablement plus difficiles, accompagnés de tes vieux silences. J’ai tenté de m’imaginer, me réveiller à tes côtés, encore un moment, simplement pour te regarder, parce que je te trouve belle, parce que j’ai toujours été fier d’être là, à tes côtés, parce que j’aurais bougé mer et monde pour te le signifier. Aujourd’hui, je ne sais pas, je ne sais plus qui tu es, j’ai l’impression que t’es qu’un vieux rêve que j’ai fait à répétition, trop souvent, simplement par habitude, remplacer par un trou béant dans ma poitrine. La douleur vive ne cesse pas, ne diminue pas, j’ai envie de crier, simplement pour éteindre le mal. Si mon coeur est un livre sur lequel de belles histoires se sont écrites, aujourd’hui j’en suis à la dernière page. Je ne comprends pas pourquoi je suis là, je ne comprends pas pourquoi ça s’est passé comme ça. Le texte s’est estompé ne donnant même pas une odeur de fin.





Eau trouble

6 07 2014

Je me suis oublié, il y a quelques jours, pour ne pas penser à toi. Ça m’arrive parfois, quand je vais moins bien que la veille. C’est comme si ça se remplie, comme un vase, un moment, j’ai un creux, je me remplis de tristesse, un grand vase de tristesse, je pense plus à moi, je me lance une grenade en pleine gueule. Je ne sais jamais pourquoi exactement je fais ça. Quand je me relève, je suis mal amoché, j’ai oublié une partie de moi, j’ai détruit une partie de ce que je suis, rien n’est différent, rien n’est réglé. Sinon, j’ai mal à ce vide revenu, je le remplis à nouveau de tristesse, jusqu’à ce que je vois trouble, les yeux en larmes, mais n’entendant pas l’alarme. Je dois bien être protégé de quelconque façon, je me relève chaque fois, après chaque détonation, même si ça ne fait qu’une chose, agrandir ce trou béant, que je remplis jour après jour de sombre, de noir, de tristesse insoluble.





Glissant

8 07 2012

Elle ne le savait pas avant de commencer à courir que le plancher était couvert de lames de bistouri, peut-être était-ce parce qu’il faisait noir et que la bête qui la suivait avait vraiment faim. La peau de ses pieds se détachait comme la peinture sur le mur de la vie qui laisse tomber ses ans. Le résultat allait finir par être le même, elle se disait qu’il valait peut-être mieux tenter de s’en sortir que de se laisser abattre là, après tant d’efforts, son corps ayant subit autant de souffrance, il ne restait que quelques mètres à sa vie, à ce qui restait de la distance qui la séparait d’un but ultime, celui qui semblait maintenant le seul en vue, en vie, mourir. Souhaitant que le temps, le sang de ses pieds, de la peau qui se détachait, ralentirait l’élan de la créature qui la suivait, une sorte d’entrée, de hors-d’oeuvre, de chance qui aurait pu lui sourire un instant, un dernier instant. Ses pieds visqueux devenant de plus en plus glissants n’étaient pas là pour l’aider, elle s’étala de tout son long sur le sol, emportant en elle toutes les lames sur son passage. Seule dans le noir, le temps n’était pas le bienvenu pour pleurer, ses blessures ouvertes lui donnaient simplement cette envie. Dans le silence, enrobé seulement du respire de son assassin, un souffle bruyant sur sa nuque, un liquide qui semblait être un mélange de salive et de sang, elle ferma les yeux dans l’obscurité.